Brule Marianne

Elle est allongée sur le sol, aux pieds des tours, les uns l’observent, les autres l’ignorent.

– Des réceptacles des gaz d’échappements. Voilà ce que sont au mieux pour eux nos poumons.
Tousse l’un.
– Engraissés au chômage ! C’est la peine minimum qu’ils nous branlent.
Gémit un autre.
– Faudrait leur faire la guerre ! Les lyncher ! Les étrangler ! Les incendier !
Menace un dernier.

Mais elle, elle demeure sagement silencieuse au milieu du drapeau tricolore bien blanc. La carcasse cramée de notre avenir.