La marche du baiseur

C’est avec un grand soulagement, que Mathieu Curzon sorti du TVG en provenance de Nîmes. On était à la Gare du Nord de Paris; il était 11 heures, et la foule de voyageurs aux pas prestes, laissait Mathieu perplexe, lui qui n’avait jamais voyagé dans une grande ville. Toute cette foule, grouillante serrée et promiscue, comme des asticots dans des excréments en putréfactions, faisait à Mathieu se sentir bien inutile et bien insignifiant comme tout ce monde, sentiment accentué par l’énorme distance entre le toit de la gare, et le sol, où marchaient comme des fourmis les voyageurs, sans se soucier des monstres ronflant d’acier, avalant et vomissant sans relâche d’autres créatures bipèdes.

Mathieu n’avait pour uniques bagages que 30 euros, et les vêtements au look décontracté qu’il portait.  Une simple veste marron, en dessous de laquelle régnait un t-shirt blanc de pauvre facture, et, un jean bleu donc les jambes arrêtaient leurs chutes sur des baskets noires de fabrication chinoise.  Âgé de 20 ans, et de bonne taille, Mathieu avait la force naturelle des fils de fermiers, et un jolie visage munit de deux yeux verts claires, qui semblaient jeter des éclairs, tout en dévoilant une fragilité à chaque fois qu’on se risquait à regarder dedans.  Quand à sa chevelure, elle était de couleur châtaine, et ses joues saignantes de couleur rouges, comme celle d’ un provincial qui aurait passé trop de temps dans le mistral, et trop d’été dans le soleil.  Ses lèvres charnues tiraient vers le rose, et lui donnaient un petit air féminin.  Il était le désespoir des femmes, et la jalousie des hommes.  Non rassasiée de l’avoir gâté physiquement, mère nature avait doté Mathieu d’un membre viril.  D’un membre si viril que lorsqu’il le comparait à ceux d’acteurs pornographes qu’il voyaient sur internet pendant ses séances de masturbations, il se sentait à chaque fois supérieur de loin à eux, et jurait après chaque éjaculation qu’il en fera sa vocation: être acteur porno pour gagner plein d’argent, et pour devenir célèbre.

Il serait acteur porno;  il n’avait aucun doute là-dessus.  Il n’avait qu’à débarquer dans un casting de film X, qu’à déballer sa queue devant sa partenaire sous l’œil de la camera, et se serait suffisant pour devenir une légende, un dieu sexuel vivant.  Mais pour l’instant, Mathieu n’était qu’ au début de sa marche, avec le cœur plein d’ambitions les unes plus démesurées que les autres, et avec la certitude qu’il soumettrait le monde entier à ses pieds.

Publicités