Garcimore

C’est devenu mal poli de t’aborder dans la rue. T’as vite fait de me cataloguer : « wesh, abracadabra je veux te voir à poils ! ». Alors je cache le tout : mes flatulences et le reste. Je t’offre un sourire qui me pèse, un intéressement qui me migraine. Dans cet enclos public, tu verras pas mes craintes, sentiras pas mes mauvaises odeurs. Et comme les autres, tu mordras l’hameçon d’une menstrueuse pas baignée depuis des mois. Abracadabra !