Drive de James Sallis


Roman lu après film adoré. Le film : chef d’œuvre. Le roman : grosse déception ! On s’est foutu de ma gueule ! Jusqu’à la 128ième  pages pour voir si jamais ça décollait et l’intrigue et le Style ; mais rien du tout, tout naze, grosse déception ! Comprends pourquoi les éditeurs ont vite fait d’étaler la photo de Ryan sur la couve pour vampiriser un max le succès du film qui doit tout à Nicolas Winding Refn et si peu à James SALLIS. Son roman Drive prouve que mauvais roman peut faire bon film.

Publicités

Photo

Drayano

 

 

Figure) bâtisse) écroulée) nimbe d’horizon) beauté muette) jeunesse des décombres) toi qui fut somptueuse et silencieuse ! ) droite) debout) mouvante librement au centre du vent ) figée et encagée tu témoigneras) loin de la ruée des rides.